Contrats de ville

Paris – Vallée de la Marne, c’est 12 villes et plus de 225 700 habitants. Plus de 15 000 d’entre-eux vivent dans des quartiers qualifiés de "sensibles" ou "difficiles". L'Agglo agit pour améliorer leurs conditions de vie et renforcer les services publics et les moyens d’intervention.

Les trois contrats de ville de l’Agglomération s’inscrivent dans le cadre fixé par la loi de programmation pour la ville et la cohésion sociale du 21 février 2014. Ils définissent les moyens à mobiliser sur les territoires les plus en difficulté.

Qu’est-ce qu’un quartier « en difficulté » ?

Ce sont des zones à vulnérabilité sociale, économique et urbaine identifiées à partir de données chiffrées et objectives relatives au taux de chômage, aux niveaux de richesse, de vie, d’échec scolaire, etc.

Les 6 Quartiers « politique de la ville »

  • La Grande Prairie et Schweitzer Laennec à Chelles
  • L’Arche Guédon et le Mail à Torcy
  • Les Deux Parcs à Champssur-Marne et Noisiel
  • La Renardière à Roissyen-Brie

Les quartiers en veille

Des quartiers dits « en veille », dont les indicateurs révèlent une situation proche des « quartiers politique de la ville », bénéficient de certains dispositifs tels que la réussite éducative et les adultes-relais, afin d’aider leurs habitants à surmonter quelques difficultés.

  • La Maillière Malvoisine et le Segrais à Lognes
  • Le Clos d’Émery à Émerainville
  • Le Ru de Nesles Nord et le Bois de Grâce à Champssur-Marne
  • La Ferme du Buisson à Noisiel

Les axes structurants des contrats de ville

À Paris – Vallée de la Marne, trois « contrats de ville » ont été signés en 2015 associant l’Éducation nationale, Pôle Emploi, la Caisse d’Allocations Familiales, l’Agence régionale de santé, la Communauté d’agglomération, les communes, les bailleurs sociaux, les missions locales, les conseils citoyens et les  bailleurs, pour six ans. Ils sont évalués chaque année, afin de rendre les quartiers et leurs habitants moins vulnérables, par des actions ciblées sur l’éducation, la culture, l’action sociale, le développement durable et urbain et le développement économique.

Les actions

Les actions mises en œuvre dans le cadre des contrats de ville s’inscrivent dans trois champs d’intervention identifiés comme majeurs :

  • La cohésion sociale
  • Le développement de l’activité économique et de l’emploi
  • Le cadre de vie et le renouvellement urbain

À ces trois piliers se superposent quatre priorités transversales :

La jeunesse, les services civiques, les contrats d’apprentissage, les clauses d’insertion, les questions de mobilité internationales, etc.

  • L’égalité entre les femmes et les hommes
  • La lutte contre les discriminations
  • La prévention de la radicalisation

En 2017, 105 actions seront menées dans le cadre de la politique de la ville sur les six quartiers politique de la ville :

  • Éducation : 11 actions pour un total de 33 600 €
  • Santé : 7 actions pour 31 000 €
  • Parentalité et droits sociaux : 8 actions pour 37 500 €
  • Culture : 17 actions pour 92 000 €
  • Lien social : 31 actions pour 139 000 €
  • Prévention et lutte contre les discriminations : 5 actions pour 11 000 €
  • Emploi : 16 actions pour 74 000 €
  • Développement économique : 4 actions pour 35 000 €
  • Cadre de vie et renouvellement urbain : 6 actions pour 24 000 €

Conseils citoyens, agir avec les habitants

La loi du 21 février 2014 pour la programmation de la ville et la cohésion urbaine, prévoit, entre autres, la création de conseils citoyens dans chaque quartier « politique de la ville ». Composés d’habitants du quartier, ils sont des outils majeurs pour en faire les acteurs de sa transformation : informations, activités périscolaires, animations pour enfants et adultes, etc.

Rénovation urbaine des quartiers

La rénovation urbaine est l’un des aspects les plus visibles et spectaculaires de la transformation des quartiers. Deux d’entre eux font actuellement l’objet de projets d’envergure :

  • Les Deux parcs : situé sur les communes de Champssur-Marne et Noisiel, l’objectif du projet en cours est de renverser la tendance actuelle en cassant la spirale de dépréciation et de spécialisation du quartier en agissant sur les logements ; en réinventant le cœur de quartier notamment en réhabilitant le centre commercial ainsi que la trame urbaine publique et en améliorant le cadre de vie.
  • L’Arche Guédon : un projet de réhabilitation sur ce quartier divisé en deux secteurs est en cours avec pour objectifs de remailler, désenclaver, rendre de la lisibilité ; améliorer l’accessibilité aux équipements publics ; réorganiser la circulation et privilégier le déplacement piéton ; réorganiser l’activité commerciale ; réhabiliter le parc de logements existant et réinjecter des logements en accession afin d’assurer une plus grande mixité.
    À terme, d’autres travaux viseront à construire un ensemble immobilier de 122 logements en accession à la propriété répartis sur trois îlots ; démolir des bâtiments des anciens collège et lycée en vue d’y construire une nouvelle opération de logements en accession et un parking public ; requalifier les espaces publics ; et réhabiliter l’ensemble du patrimoine du bailleur social Batigère Îlede-France.

Emploi et insertion

Favoriser l’emploi dans les quartiers est l’un des enjeux majeurs pour permettre à leurs habitants de vivre mieux. L’association INO77 (Ingénierie Insertion Nord Ouest 77) s’attelle à la tâche dans les quartiers politique de la ville de l’Agglomération. Elle déploie pour cela trois types d’actions :

  • Clauses sociales : l’insertion de « clauses sociales » dans les marchés publics ou privés permet de réserver certains emplois à des personnes en insertion correspondant aux besoins des entreprises. Chaque année, 200 à 250 personnes sont ainsi embauchées via ces clauses.
  • Garde des enfants : « La balle au bond » est un dispositif mis en place en 2009 pour aider les parents à trouver un mode de garde et les accompagner dans leurs démarches d’employeur.
  • « L’Équipée belle (lien : equipeebelle.org) » : une jeune entreprise de l’économie sociale et solidaire. Elle vise à permettre aux jeunes de faire un premier pas vers l’emploi.