Le budget de l'Agglo
Le budget de l'Agglo

Finances

Budget 2019

Le 4 avril, les élus du conseil communautaire ont voté le budget primitif 2019 de Paris – Vallée de la Marne. Équilibré en dépenses et en recettes à 192,8 millions d’euros, en progression de 2,2% par rapport à l’exercice 2018.

Publié le

4 grands principes

Le budget 2019 a été élaboré dans le respect de 4 grands principes

  • rationaliser les dépenses de fonctionnement de l’Agglo,
  • poursuivre le désendettement pour améliorer les marges de manœuvre nécessaires à l’équilibre du budget dans les années à venir,
  • maintenir les impôts ménages au même niveau que les années précédentes (taxes d’habitation et foncière sur les propriétés bâties et non bâties),
  • poursuivre un programme d’investissement ambitieux à plus de 20 millions d’euros.

Il se décompose en une section de fonctionnement pour 139,2 millions d’euros (72,2%), et une section d’investissement pour 53,6 millions (27,8%).

Un budget, qu’est-ce que c’est ?
Le budget synthétise les recettes et les dépenses de l’Agglomération pour une année donnée. Il doit être équilibré, la collectivité ne pouvant dépenser ni plus ni moins que ce qu’elle collecte. Il est scindé en deux parties :
> Le fonctionnement, qui répertorie l’ensemble des dépenses et des recettes permettant d’assurer les services quotidiens.
> L’investissement, qui répertorie les dépenses et les recettes permettant de préparer l’avenir.

Des dépenses de fonctionnement contenues

Côté fonctionnement, les recettes réelles sont prévues en légère hausse de 0,93%, à 139,2 millions d’euros. Pour l’essentiel, elles proviennent des dotations compensatrices de l’ex-taxe professionnelle pour 36,2 millions, de la Cotisation foncière des entreprises (CFE) pour 27 millions, de la Taxe d’habitation (TH) pour 24 millions ou encore, pour 15,9 millions, de la Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).

Les dépenses réelles de fonctionnement seront en contraction de 2,79%, s’établissant à 114,8 millions d’euros. Les économies porteront sur les charges à caractère général, en baisse de 3,37% à 15,3 millions, et surtout sur les charges financières, en baisse de 13,1% à 9,7 millions, traduction du désendettement de l’Agglomération engagé depuis quatre ans. De leur côté, les charges de personnel connaîtront une hausse de 3% à 36,1 millions, après avoir connu une baisse importante en 2018, de même que les attributions de compensation versées aux communes membres, en progression de 3,41% à 33,8 millions d’euros.

Plus de 20 millions d’investissements réels

Les recettes réelles d’investissement s’élèveront à 24,9 millions d’euros, dont 17,9 millions d’emprunts. Ce niveau sera largement inférieur au montant de capital remboursé sur la période (28,8 millions), ce qui aura pour effet un désendettement de l’Agglomération de 10,9 millions d’euros en 2019. Le complément de recettes proviendra des dotations et subventions diverses perçues de l’État et des collectivités locales (région, département) pour soutenir les projets d’aménagements portés par l’Agglomération, soit 6,1 millions.

Les dépenses réelles d’investissement s’établiront enfin à 49,2 millions d’euros, dont 28,8 millions de remboursements d’emprunts et 20,4 millions consacrés aux dépenses d’équipements.

Les principaux postes d’investissement

  • Equipements culturels : 7,9 millions d’euros, dont la construction du conservatoire de musique à Pontault-Combault (4,6 millions) et l’extension du conservatoire de musique à Chelles (2,5 millions)
  • Equipements sportifs : 2,3 millions, dont la construction du centre aquatique à Champs-sur-Marne (1,8 million)
  • Transports, déplacements et liaisons douces : 2 millions
  • Aides à l’amélioration de l’habitat et habitat social : 1,7 million
  • Infrastructures, voiries et réseaux divers : 1,6 million
  • Bâtiments publics : 1,5 million
  • Espaces verts et développement durable : 1,3 million
  • Développement économique : 1,2 million